c) L'extrême de l'art corporel

L’inscription d’un tatouage sur le corps représente souvent une épreuve de la vie. D’après Patricia Garel, chef du service de psychiatrie au CHU Sainte-Justine, ces modifications sont : « un des moyens disponibles dans la quête de soi. ». A cela, Martin Tremblay, psychiatre aux urgences de l’hôpital Notre-Dame, prévient de faire « attention à ne pas se laisser embarquer dans une recherche sans fin, vers un soulagement qui n’arrive jamais. » Pour certains, les modifications corporelles « apportent un sentiment de contrôle de leur propre corps. » Pourtant, le Dr. Tremblay affirme qu’il « est facile de perdre la maîtrise de son image, qui devient alors si forte qu’elle rend difficile l’évolution de l’individu. »

En effet, certaines pratiques n’hésitent pas à marquer le corps en le transformant complètement. Certains s’adonnent aux tatouages extrêmes. Cela est caractéristique des individus qui souhaitent se démarquer fortement, et même se marginaliser, de la société.

Ces individus ont donc une grande partie de leur corps recouverte de tatouages, et ce, parce qu’ils semblent être à la recherche de l’être qu‘ils veulent devenir. Leur transformation peut être troublante. En effet, certains peuvent aller jusqu’à modifier complètement leur apparence et ressemblent davantage à un animal qu’à un être humain. Zombie boy, dont nous avons déjà parlé plus tôt, a aussi modifié complètement son aspect et ressemble désormais, comme son nom l’indique, à un zombie.

Parfois ces individus adeptes aux changements extrêmes ne s’attachent pas qu’au tatouage. Cet art n’est que la surface de l’univers de la modification corporelle. Certains, pour rendre leurs tatouages plus réels et plus naturels, se font implanter de la silicone afin de modifier plus encore leur aspect. L’homme chat, ou Catman, que nous avons en photo, par exemple, est un américain qui a complètement restructuré son visage. Cet homme  a recouvert sa peau de tatouages, notamment au visage , tel des rayures de félin, mais il a aussi eu recours à la chirurgie esthétique. Il est même allé jusqu’à s’implanter des moustaches de chat. Il a commencé les opérations en 1985, qui lui ont couté plus de 115 000 euros : désormais il a des griffes à la place des ongles, ses lèvres ont été fendues en deux, et même ses yeux ont été modifiées ainsi que ses dents, avec deux crocs, et de la silicone au niveau des joues pour les gonfler.

Catman

 

Non seulement la pratique du tatouage s’étend dans notre société, mais à ce phénomène s’ajoute, pour certains cas extrêmes, un désir d’aller plus loin encore dans la transformation, comme s’ils voulaient muter complètement et quitter leur corps humain.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site