b) Un art corporel qui se développe dans notre société

Le tatouage est aujourd’hui un phénomène de notre société. Il séduit de plus en plus de jeunes qui s’assemblent en formant des groupes : Un groupe social est un ensemble d’individu qui se reconnaissent et sont reconnus par ceux qui leur sont extérieurs. Les sentiments d’appartenances et de reconnaissances sont très forts dans ce groupe, caractérisé par des relations sociale indirectes mais toutefois intenses.

Aujourd’hui, on observe trois grandes catégories de groupe de tatoués dans notre sociétés :

Un orthodoxe-          Les orthodoxes qui prolongent des traditions comme les motards et les dokers. Ils sont appelés les classiques, ou bien les traditionnels, auxquels s’ajoutent les néoclassiques : comme certains groupes musicaux, des skatters et même des surfers qui se recrutent chez les nouveaux traditionnels. Ces personnes appartiennent un groupe social facilement identifiable : ils se donnent un style original en suivant une mode, mais restent inclut dans la société et dans la cohésion sociale.

 

-          Les rebelles constituent la deuxième catégorie. Ils constituent des groupe de pression exclut de la société : ils défendent une cause selon leur intérêt et développent des actions dans le but d’influencer les décisions des institutions publiques. Généralement, ce groupe de pression se bat pour une société plus tolérante, moins implacable. Ce groupe constitue une forme de lobby et ces différents lobby agissent individuellement. Le tatouage est réapproprié à partir de son image négative. Ils l’utilisent comme une arme contre ceux qui sont dans le rejet.

 

-          Enfin, la dernière catégorie regroupe des personnes vivant en dehors des contextes de mode et de groupe. Pour eux, le tatouage répond à une question personnelle ou a une besoin de revendication de liberté d’expression, comme nous avons pu le voir en première partie.

 

Dans la société, ces groupe s’élargissent et se multiplient au sein des villes. Le dessin corporel attire de plus en plus. Aujourd’hui 30% de jeunes semblent être intéressé par le tatouage, et rejoignent un des 3 groupes majoritaires, un chiffre qui augmente chaque année.

Les tatouages prennent de plus en plus de place dans la population mais aussi dans la publicité. En effet, pour faire augmenter la vente de leurs produits, certaines entreprises utilisent le tatouage pour attirer les consommateurs. Des éléments de dessin corporel viennent intégrer la publicité, se diffusant aux yeux des consommateurs, et permettent l’augmentation des ventes, suivant le phénomène de mode.

L’homme le plus tatoué du monde, Rick Genest est un mannequin canadien surnommé Zombie boy. Il est surnommé ainsi en raison de tatouages représentants un cadavre qui recouvre près de 90% de son corps. Rick, surnommé également Rico parle de ses tatouages comme un rêve depuis l’enfance :

« Quand j'étais enfant, j'étais un grand fan des Teenage Mutant Ninja Turtles, et je voulais être une tortue ninja et vivre dans les égouts. Mais quand j'ai grandi je suis tombé en amour avec des zombies et voulait devenir un. La chose la plus proche je pouvais aller à devenir un zombie était de se faire tatouer comme tel. »

Ses tatouages symbolisent la vie à travers la mort ou la mort à travers la vie. Pendant 10 ans, Rico s’est tatoué le corps et à dépensé presque plus de 16000 $.

«Ils sont une partie de moi depuis toujours - avant même que je me les fasse. Ils révèlent comment je me sens à l'intérieur Je suis tellement habitué à la façon dont je regarde maintenant que je ne les vois pas... Puis c'est comme si vous aviez rencontré quelqu'un avec les cheveux violet - après dix minutes, vous pourriez penser, "Oh oui, ils ont les cheveux violet… Et Alors quoi? »

Nicola Formichetti, le directeur artistique de Thierry Mugler, à découvert Zombie boy sur facebook : Il a utilisé son image dans une publicité de fond de teint Dermablend: Rico a été entièrement camouflé à l’aide de maquilleurs professionnels de ce fond de teint, prouvant ainsi son efficacité. Le résultat est en effet impressionnant :

Ainsi, ses tatouages sont donc utilisés pour différentes marques de mode. Zombie boy est devenu la star du défilé de la maison Thierry Mugler de la dernière semaine de la mode à Paris. Ce défilé de mode à réussi à créer l’évènement après des « fashionistas », en proposant un nouvel esthétisme aux confins de la laideur et de la beauté : Un spectacle allant de l’art du bizarre qui glorifie la religion du tatouage et qui ne laissera personne indifférent. De plus, Zombie boy a même eu une apparition dans le clip de Lady gaga « Born This Way » en 2011.

Enfin, les stars contribuent à étendre le tatouage chez les jeunes. En effet elles représentent de modèles pour certains, qui se feront tatouer à l’image de leur star. Elles contribuent ainsi à ce mouvement de publicité.

 Ainsi, les tatouages séduisent de plus en plus de personnes et prennent de la place dans notre société, mais aussi dans la publicité. Ils sont utilisés pour la vente d’un produit qui va influencer les consommateurs, comme Nike, Givenchy ou encore Levis. Aujourd’hui l’exemple de Rick Genest, alias Zombie boy, montre que le tatouage continu de se développer au sein de notre société.




Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site