b) L'impulsion de l'art corporel dans les années 70

L’art corporel se développe grâce a une ouverture d’esprit pendant la période des Trente glorieuses, qui donnent naissance à des artiste qui cultivent cette activité, devenue très prisée de nos jour.Une publicité montrant le développement de la société de consommation

Apres 1945, l’Europe est économiquement « à genoux ». En effet, La réorganisation des nations et la reconstruction des dégâts causés par la guerre sont difficiles. L’urgence est à la reconstruction des infrastructures industrielles, agricoles et immobilières, dominée par l’intervention de l’Etat. Ainsi les pays industrialisés connaissent une véritable poussée économique, caractérisé tout d’abord par une modification de la population et de la société et une forte croissance économique : c’est la période des Trente glorieuses.

En effet, le monde rural se mécanise, tandis que le monde urbain attire. C’est le début de l’urbanisation et de l’exode rural : les paysans partent chercher du travail dans les villes et quittent les campagnes. Le monde urbain s’industrialise, par l’arrivée d’immigrants, et donc de paysans ruraux. La population urbaine augmente de 19,7 points de pourcentage de 1946 à 1975. La société évolue et permet un accès à plus de liberté, un recul de la pratique religieuse, et une indépendance des femmes non connue jusque là.

Parallèlement, la croissance économique des pays s’explique par une hausse du niveau de vie grâce à une modernisation des modes de vie : développement du confort, de l’électroménager, apparition de l’automobile… 

Ainsi, les Trente glorieuses font référence à une révolution, économique et sociale, qui marque une période de prospérité exceptionnelle pour les pays industrialisés. Elles se caractérisent par une forte croissance économique, le plein emploi, un accroissement rapide du pouvoir d’achat et l’essor de la consommation de masse.

 La fin des années 1960, marquent le cœur de cette période de prospérité. Une  volonté de s’ouvrir l’esprit, de changer de vie et de s’ouvrir au monde se développe alors au sein des populations. Les artistes développent l’art contemporain, un art  qui marque une rupture en revendiquant son indépendance vis-à-vis des arts dis « classiques » et aux « beaux arts ». L’art contemporain est un art qui se modernise, sur l’appui de nouvelles technologies qui caractérisent son originalité, et ses nouveaux supports, utilisés comme moyens d’expressions. C’est ainsi que l’art corporel se développe dans les pays industrialisés. Les artistes cherchent de nouveaux horizons, et testent leur corps comme support artistique, comme propre moyen d’expression. Certain artiste lui donne le nom de « vêtement incarné ».

 La peinture corporelle a surtout un but ludique et ornemental. Pour ne pas abimer la peau, les peintures appliquées sont d’origine, minérale, parfois même animale, et végétale : Dans les pays moins avancés, Le henné par exemple est un arbuste épineux qui pousse dans les régions tropicales, produisant une teinte rouge qui est utilisé comme peinture corporelle, sur les pieds et les mains notamment en Inde et au Maroc.

Les couleurs universellement connues et le plus utilisées sont le blanc, l’ocre et le noir. Le blanc est tiré de la poussière d’argile, il est associé au deuil et à la purification.  Le rouge est tiré de la terre fertile, est souvent symbole d’énergie vitale et de fécondité. Enfin le noir, évocateur de la nuit et du chaos, symbolise le néant.

Le phénomène d’art corporel apparait alors comme une activité culte à partir des années 70 : des artistes traitent des modèles habillés de vêtement « trompe l’œil » et son caractère spectaculaire devient une mode très prisée.  

L'actrice veruschka

Veruscka est une actrice allemande qui fut connue pour son art corporel pendant les années 70. Agée aujourd’hui de 73 ans, elle fit des études d’art a Hamburg et devint un top model grâce au photographe Ugo Mulas à l’âge de 20 ans. Grâce à son film « Blow-up », elle connut le photographe Peter beard qui l’amena au Kenya et l’introduisit dans l’art corporel : Peter Beard transforma son modèle en animal dans une sorte de tentative de « retour aux sources ». Verucshka s’induisit ainsi de cirage noir pour figurer des animaux ou des plantes au travers du décor sauvage des paysages du Kenya.  Sa renommée, ainsi que son salaire augmenta considérablement. Elle continua donc cet art elle-même pendant de nombreuses années introduisant peu à peu le camouflage.

Emma Hack est une jeune artiste du 21ème siècle qui s’inspira des techniques de Veruschka, le camouflage : Le corps est intégré à son environnement. Emma Hack confectionne ainsi des papiers peints combinés avec un corps. Pour réaliser ses papiers peints,  elle s’inspira de ceux crées par l’artiste Florence Broadhurst. Dans sa collection « natif Mandala » de 2009, elle a crée des motifs de fonds circulaires, dans lesquels ses modèles sont camouflés, tenant chacun un oiseau, un mammifère ou un reptile originaire d’Australie. Emma a crée un environnement, qui porte une signification par les espèces choisies, offrant une démonstration unique de la beauté de la flore et la faune. Ses œuvres constituent des images perturbantes, par des trompes l’œil intrigants et qui fascinent aujourd’hui les spectateurs de nombreux pays.

Dans sa collection « exotic Mandala » Emma introduit des papillons placés sur la forme humaine, qui donne un effet de multi couche.

En 2009, Emma Hack a crée « le panoramique organisme ». Une série de photos prises dans le sud de l’Australie, où une série d’acrobate et de modèle ont crée des formes de corps unique dans des reliefs naturels. La collection a été exposée dans le cadre du Fringe Festival 2009, au terminal de l’aéroport Adelaide, en Australie.

Grace a son dévouement et sa passion pour son métier, Emma hack a su développer son art en introduisant ses modèles dans des papiers peints, en s’inspirant de l’actrice Veruschka et du photographe Florence Broadhurst.

L’art corporel s’est donc véritablement imposer pendant les années 70, à la suite des trentes glorieuses qui a donné aux artistes la volonté de s’ouvrir l’esprit, d’explorer de nouvel horizon. Ils ont donné à l’art corporel le surnom de « vêtement incarné », qui est de nos jours, une activité de plus en plus recherché.

Voici une video nous présentant comment se déroule les séances de maquillage des modèles de Emma Hack:

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site